mercredi 25 septembre 2013

Les patrons


Et si les patrons qui s'octroient avec largesse bonus, stock-options, parachutes dorés et retraites en or avec l'argent extorqué au consommateur, racketté à l'usager, voire rançonné au contribuable et amassé sur le dos des employés n'étaient en réalité que de dangereux révolutionnaires, recrutés dès leur plus tendre enfance, formés intellectuellement, forgés spirituellement, sculptés physiquement (je m'égare un peu, mais admettons) et poussés dans le vaste monde des affaires par des forces occultes, sournoises et brutales, tapies dans l'ombre avec leurs sombres desseins, des activistes en cheville les uns avec les autres, membres d'un vaste complot dont les ramifications griffues s'étendraient des Etats-Unis d'Amérique à la France en passant par le Liechtenstein, Luxembourg ou Monaco, des agitateurs aux nerfs d'acier, rompus à toutes les formes de subversion sociale, dont l'entrisme au sein du grand patronat ne serait pas la moindre des réussites, établissant leurs plans avec soins, les mettant en oeuvre avec calme et méthode, faisant preuve de la plus forte détermination à ne pas se laisser entraver dans leur action insurrectionnelle, oui, des nihilistes prêts à tout - même fumer de gros cigares cancérigènes - pour susciter l'opprobre générale, pousser les citoyens dans la rue, mettre le pays à feu et à sang ?

Eh ! Eh ! Eh !