samedi 28 septembre 2013

Le récit


Un ami m'expliquait : "Il a eu une maladie grave. C'était comme la sclérose en plaques, en pire. Il a commencé par boiter ; il s'est ensuite servi d'une canne ; puis, il s'est déplacé en fauteuil roulant ; après, il s'est retrouvé couché dans un lit qui faisait brrr brrr ; et il est mort. Sa femme, qui pourtant l'aimait, en fut soulagée".

Souvent, pour raconter un événement, expliquer un fait, démontrer un phénomène, cet ami a besoin d'en remonter aux origines, voire plus loin : aux origines des origines. Alors, ses propos se développent à foison, il saute du coq à l'âne, ouvre des parenthèses qui jamais ne se referment, "justement" devient son mot fétiche, "attends, attends" un passage obligé, son discours se ramifie en diverses branches et on en perd jusqu'aux bifurcations empruntées. Là, j'ai trouvé son récit épatant, elliptique à souhait, direct et précis. A peine s'il manquait le nom de la maladie mais c'est sûrement un nom compliqué.

Je ne me souviens plus de quoi nous parlions ni comment nous en étions arrivés à cette explication mais je me souviens encore du lit qui faisait brrr brrr, des trépidations dans les épaules, des bras collés le long du corps, de la tête rejetée en arrière et des yeux affolés qui roulaient dans leurs orbites, cherchant à gauche, à droite. Du secours probablement.