jeudi 12 septembre 2013

Instant (16)




Ma vision du monde est interrogative et silencieuse.
Les événements extérieurs s'impriment en moi, fugaces ou féroces.
Les idées passent, pleines de remarques et de questions.
Il ne faut pas s'accrocher aux mots, ils ne sont que les témoins de sensations.
Le corps pense.
Le corps pense, seul.
L'esprit traduit, donne une forme directement intelligible aux autres - si tant est que le vocabulaire est commun.
Mais du regard, de la main ; de la peau, du sens de l'équilibre ; de la perception dynamique, des mouvements encore à peine esquissés ; de la figure et la silhouette, embrasser dans l'instant, naturellement.
J'ai travaillé à signifier ici cela mais, méfiez-vous, déjà ces idées m'ont quitté et je n'y crois plus. Il me faudrait y réfléchir à nouveau pour acquiescer ou réfuter.
L'instant seul, vécu.