mardi 30 juillet 2013

La famille au complet


C'est un verre que j'ai rencontré dans un bar de Denver, Colorado, États-Unis d'Amérique. J'étais sur les traces de mon gars du Nebraska. Le Nebraska, c'est vaste. Je le quadrillais. Pas du nord au sud, ni d'est en ouest. A ma façon. J'avais fait Lincoln, Grand Island, North Platte et tous les bleds entre. C'était sans logique apparente : ces villes suivent le cours de la Platte River - et moi, ça me suffit comme raison. Mon opération se déroulait sans succès. Sans même l'ombre d'une piste. J'en avais plein le cul du Nebraska et j'avais filé. Je reprenais mon souffle à Denver, Colorado (à Brush, on quitte la South Platte River et on file tout droit : Denver).

Dans ce bar de Denver où je m'étais échoué pour reprendre mon souffle, le Shotgun Willie's sur Colorado Boulevard, à Glendale, il y avait des danseuses. Des strip-teaseuses, ou dans le genre. Elles arrivaient déjà presque nues. Le strip-tease en était écourté d'autant. Mais la danse s'en trouvait peut-être rallongée. Elles allaient et venaient, se trémoussant, sur le comptoir et la piste. Elles offraient leurs seins, leurs fesses, leurs entre-jambes à la vue des consommateurs. Les types étaient venus seuls ou en groupe, des groupes de copains, avec ou sans nanas. Il y avait aussi des nanas, qui étaient venues entre nanas. Elles fêtaient je ne sais quoi et criaient pour un oui pour un non. Et les danseuses bougeaient leur cul au dessus de mon verre.

C'étaient les Etats-Unis d'Amérique.

Je n'en pensais rien de spécial, des Etats-Unis d'Amérique, du Colorado ou du Nebraska, de Denver et du Shotgun Willie's, ni même de mon gars ou des nanas, j'en avais plein le cul et plus rien à foutre, j'allais pas tarder à abandonner et rentrer chez moi et en attendant je gardais mes yeux à ces seins et ma bouche à ce verre. Je matais, souriant aux danseuses qui venaient jusqu'à moi. Je matais, souriant aux nanas qui se sautaient dans les bras. Je matais, souriant aux types qu'étaient là. Je buvais, je buvais beaucoup.

Vide, le barman ramassait le verre. Signe, il m'en servait un autre. C'est sans doute d'une famille de verres que j'ai fait la connaissance ce soir-là, dans Glendale, à Denver, Colorado, sur Colorado Boulevard, grands-parents et cousins germains compris, la famille de verres au grand complet.

C'était peut-être pas une immense idée.

Je ne me souviens pas avoir fait copain-copain avec une danseuse ni non plus avec aucune des fêtardes qui hurlaient je ne sais quoi. Je ne me souviens pas plus de mon retour à l'hôtel. Pour vous le raconter, il faudrait que j'invente une histoire. Ce ne serait pas convenable. N'est-ce pas ?!