mardi 25 juin 2013

Daldal

J'aime les atlas et la géographie. J'ai trouvé, il y a quelques temps de ça, à l'occasion d'un vide grenier de mon quartier, des cartes routières. J'en achète au gré de déplacements ici ou là ou quand l'opportunité s'en présente. J'en possède un certain nombre. Pas de quoi constituer une véritable collection mais un certain nombre.

L'occasion se présentait : j'acquérais plusieurs cartes, de Suisse, de Grande-Bretagne et de Suède, dans des éditions locales désormais datées (années 70).



La surprise véritable, et la joie, en furent qu'à leur ouverture, je découvris que des parcours y étaient tracés. Ces cartes avaient servi. Elles avaient véritablement servi, sur le terrain. Les parcours étaient tracés, fléchés, annotés.



Me voilà donc en Norvège. Je viens de débarquer à Sylte, dans la vallée de Valldal, après avoir traversé le Norddalsfjord depuis Eidsdal. Je file vers Andalsnes, dans le More og Romsdal. C'est de là que je vous écris. C'est une des étapes marquées de croix sur ce trajet qui va de Kiel à Trondheim et que je refais, des années plus tard.


Certains partent à la suite d'écrivains, Kerouac, Bouvier, Stevenson, qui laissent les traces écrites de leurs passages, fameux. Je file les pas d'inconnus et c'est tout aussi bien. Je n'ai personne à qui me confronter, pas à vivre les souvenirs d'autrui et rien à raconter : un chemin à suivre, c'est tout.

Un chemin que j'ai reçu par hasard des mains d'un vieux monsieur souriant aux objets sur la chaussée déballés.