jeudi 20 juin 2013

A cet instant

Deux japonaises costaudes et dépenaillées entrent dans le wagon. Leurs vêtements sont bigarrés et elles arborent des cheveux colorés. Elles parlent fort et ne se font pas discrètes, jambes solidement plantées au sol et bras fermement croisés sous la poitrine. Elles rient.

Je me demande si les Japonais fument.