samedi 29 décembre 2012

Paradoxe

Et voilà que je fais des nuits formidables

Et regrette mes insomnies

Car je ne lis plus.