jeudi 22 novembre 2012

La force

Vous savez, cette musique qu'on écoute et qui nous fait vibrer, qui nous donne envie de danser, sauter, s'élancer, aller vers les autres, dire, aimer, eh bien respirez la à fond, imprégnez-vous en, glissez dedans, immergez vous, et coupez la, plus de son, et observez vous : la vibration est toujours là.

Comme vous avez dans l'idée que c'est la musique qui vous procure cette sensation, celle-ci s'estompe petit à petit. Mais vous vous trompez : la vibration est toujours là. Elle est potentiellement là. La vibration est en vous (c'est la force ! - ou comment d'un trait irrépressible d'ironie gâcher une bonne réflexion).

La musique, ou la littérature, ou votre amour, ou une bonne clope, la vue d'un inconnu séduisant, la perspective d'un évènement heureux, n'en sont que les révélateurs car ils vous mettent dans un certain état d'esprit, ouvert et accueillant, et vous la laissez advenir et monter et vous la sentez. Soyez assuré que cette vibration est toujours là qui ne demande qu'à paraître, qu'à s'actualiser dans l'instant. Cette vibration, c'est vous.

Prenez en conscience et notez que, avec un nouveau regard sur le monde, et un peu d'entraînement, tout devient résonance avec cette vibration et la vie un joyeux entremêlement entre l'intérieur et l'extérieur.

Moi je dis qu'on pourrait la faire vivre cette bonne vibration qui nous meut, plutôt que de s'en préserver - car elle fait peur aussi, c'est vrai : sera-t-on encore et dans quel état quand elle nous aura traversé ? et pour retomber dans quel marasme insatisfaisant ? - et alors, dans la rue, au bureau, sous la couette, ça serait une belle et franche rigolade.

(Maintenant, si la musique ne vous fait pas cet effet, vous êtes foutu).