jeudi 6 septembre 2012

De saison

La vie parfois est comme un ouragan qui passe. Le mieux qu'on puisse faire, c'est calfeutrer portes et fenêtres et se tenir peinard jusqu'à ce que le vent tombe. Il arrive pourtant que le souffle violent se mette à faire trembler les tuiles sur le toit. Il arrive qu'il parvienne à les arracher. Rien ne sert de s'y cramponner pour tenter de les garder amarrées. On y perdrait les doigts.

Quand la pluie s'évanouit et que le soleil revient, on peut constater les dégâts.

Il se peut que bien des choses aient disparu dans la tempête et on est toujours là. Il se peut aussi qu'on se trouve rincé, lavé, mais déjà plein d'élan, prêt à repartir.

Je crois bien que l'ouragan s'abat sur pas mal de têtes en ce moment.