vendredi 3 août 2012

J.C.

Je faisais un rêve dont je ne me souviens plus. Dans ce rêve aussitôt oublié, un nom s'est imposé : Jérôme Coïté. Il s'appelait Jérôme Coïté. Qui ? Encore une fois, je serais bien incapable de le dire. Peut-être un type dans mon rêve. Mais le nom de Jérôme Coïté est arrivé, si fin, si précis, aux contours si nets et si saillants, à la texture si douce et si pleine, le nom de Jérôme Coïté est arrivé si intense dans mon rêve si oublié que j'en suis resté bouche-bée. Ça m'a réveillé.