jeudi 5 avril 2012

Je deviens con, c'est une étape

Je vais vous dire un truc, et je ne crains pas de vous choquer. Plus j'avance en réflexion - parce que je reçois des tombereaux de réactions, et certaines outrées, je me défends, je creuse, j'argumente - plus je me dis qu'élever de la viande, ce serait comme mettre au monde un bébé médicament ou maintenir en vie des gens pour avoir sous la main un coeur, un rein, des poumons, un visage, de la peau à greffer si besoin. Quand la nécessité s'en fait sentir, paf ! on abat ce type qu'on tenait là dans une cage trop petite pour lui, qu'on avait génétiquement sélectionné pour la puissance de son coeur, la capacité respiratoire de ses poumons, la douceur de sa peau, et on prélève le ou les organes qu'il nous faut. On sauve une ou deux ou trois vies avec un seul de ces types (à la limite, si on les sélectionne pour les poumons, on peut les faire cul de jatte. Ça gagne de la place). Oui, on pourrait en sauver des vies ! Pourquoi on ne le fait pas ? Les mangeurs de viande devraient vouloir qu'on le fasse.

(Je deviens con comme un végétarien. Ou un ancien fumeur. Ça ne vous a pas échappé).