dimanche 5 février 2012

Sous le grand ciel (6)

J'ai une vieille voisine, Mme D. Elle est capable d'un truc tout à fait épatant, absolument déroutant. D'abord, le débit de sa voix s'accélère, elle devient rauque, et grave, et s'emporte, rude et âpre, et charrie des mots grossiers, crus et grivois, et dans le même élan, sur un changement d'appui, rapide, petit saut d'un pied sur l'autre, part d'un rire saccadé, secoué et heurté, à la tonalité aiguë et critalline, sa gorge lâche de brefs coups de sifflet criards et stridents. Vraiment, c'est à vous mettre k.-o. debout, vous laisser groggy et chancelant. Mme D. est une sorcière.

Je l'ai croisée ce matin, comme je sortais de chez moi. Petite femme fluette de quelques quatre-vingt dix ans, écrasée sous les pans de sa robe de chambre en grosse toile, perdue dans l'encoignure de sa porte. "Elle a encore fondu", me disais-je en la saluant. "Bientôt, il ne restera d'elle qu'un flaque de cheveux sur le palier. Et un drap de coton rouge, à manches". Alors que j'entamais ma course bruyante dans les escaliers, j'entendais derrière moi :
- "Sacrée jeunesse, nom de Dieu !" dit d'une énorme voix suivi d'un rire soudain. Mme D. est une sorcière.